Nous avons passé en revue Dirty Bomb

7 Note totale
Gameplay: 7/10
Graphismes: 8/10
Performances: 6/10

Beaucoup de personnages uniques | matchs à objectifs amusants | design des cartes intéressant

le système de loadout manque de personnalisation pour les armes

Cette semaine, nous avons joué à la bêta ouverte du nouveau FPS de Nexon, Dirty Bomb. Disponible sur Steam et complètement free-to-play, il met les joueurs dans la peau de différents mercenaires dans la ville de Londres après une catastrophe qui a laissé la ville abandonnée. Se focalisant sur le combat en équipe et les combats pour des objectifs, les joueurs peuvent choisir parmi une variété de personnages uniques qui ont des capacités, des armes et des stratégies uniques qui aident à soutenir l'équipe de différentes façons. Pour notre test, nous avons passé quelques heures à jouer sur les différentes cartes, pour voir les différents objectifs et tester le système de loadout unique.

Une des choses que nous avons trouvé vraiment intéressante c’est que la première fois que nous nous sommes connecté au jeu, à la place d'une cinématique d'introduction, nous avons été emmenés dans une sorte de tutoriel vidéo, expliquant les fonctionnalités de base d’une façon amusante et humoristique. En plus de cela, le tutoriel guide les joueurs sur la façon de jouer au-delà des mécanismes de jeu, mais avec des conseils réels tels que comment shooter sans viseur et seulement utiliser celui-ci si vous avez une arme à longue portée, ou comment aider vos coéquipiers s’ils échouent, ou tout simplement comment être un bon joueur et essayer de promouvoir la sportivité. De là, il vous emmène dans un tutoriel optionnel, qui raconte un peu de l'histoire, présente certains personnages et vous permet d'essayer activement certains mécanismes ; pas vraiment nécessaire car il n'y a rien de particulièrement révolutionnaire en termes de mécanismes et de fonctionnalités, mais toujours amusant et il vaut la peine par rapport à d'autres tutoriels de shooters et MMO.

 

Dirty Bomb screenshots (33)Dirty Bomb screenshots (31)Dirty Bomb screenshots (29)Dirty Bomb screenshots (27)


Le jeu se concentre sur des objectifs, chaque carte ayant ses propres objectifs uniques, une équipe est chargée de prendre l'objectif principal et l'équipe qui défend doit tout simplement arrêter ses adversaires. Contrairement aux autres MMOFPS il y a trois objectifs consécutifs qu'une équipe doit compléter, quand le premier est complété il déverrouille le prochain objectif et ainsi de suite. Une de ces cartes (Eglise) oblige les attaquants à atteindre leur véhicule d’extraction (EV) et de le réparer, puis pour l’objectif suivant ils doivent l’escorter jusqu’à l'ascenseur, et enfin collecter des charges EMP pour ensuite les livrer dans un bâtiment cible. A mesure que les objectifs sont complétés les points d’apparition des équipes se déplacent aussi, de sorte que le jeu progresse, les combats deviennent encore plus intenses comme l'équipe en défense essaie de retenir les assaillants ; en empêchant les assaillants pendant une durée définie d’atteindre un objectif, les défenseurs peuvent gagner. En toute honnêteté, nous avons trouvé beaucoup plus facile d'attaquer que de défendre, presque dans tous les matches où nous étions les assaillants nous avions l’avantage et les défenseurs peinaient à tenir leur terrain..

Les différentes cartes sont très amusantes, le design des niveaux est impeccablement fait et offre de bonnes couvertures, des avantages de hauteur et des couloirs sinueux et divers bâtiments, ce qui donne quelques combats vraiment amusants, que ce soit dans de grands espaces ouverts ou en combat de mêlée. Comprendre où se trouvaient les objectifs n'a pas toujours été évident pour nous, et il a fallu quelques parties avant que les choses commencent à s’éclaircir. Bien que chaque carte ait ses propres objectifs, en réalité, ce sont essentiellement les mêmes, mais reformulés, les joueurs peuvent collecter des paquets médicaments ou des disques de données à la place des charges EMP, ou être chargés de défendre un camion au lieu d'un EV.

L'humour, les combats frénétiques et pleins d'action pour des objectifs et les différents personnages nous ont vraiment fait penser à Team Fortress 2 (qui en ce qui nous concerne, est un compliment massif pour le jeu) ; les joueurs peuvent choisir des personnages avec des mini-gun, des guérisseurs, des ingénieurs qui placent des tourelles, des tanks lourdement protégés et plus. Nous avons choisi Bushwhacker, l’ingénieur avec ses tourelles qui pouvait également désamorcer les C4 plus rapidement que les autres personnages. Toutefois, dans un match chaque joueur peut prendre trois personnages différents avec lui et chaque fois qu’il meurt, il peut choisir de jouer avec celui qu’il veut des trois. Les personnages peuvent être débloqués avec de l'argent réel ou achetés avec de la monnaie du jeu qui est gagnée en jouant, mais il y a aussi un système de rotation des personnages, comme dans un MOBA, où certains personnages sont gratuits chaque semaine.

Le combat est bourré d’adrénaline, les points de respawn changeants vous aident à rester dans le combat plus longtemps, tout comme la capacité de ramener les coéquipiers tués dans le combat ; c’est donc une poussée constante de force et les balles volent constamment. Une des rares caractéristiques que nous avons vraiment aimé c’est que quand vous vous faites tuer au lieu d'avoir un replay de votre mort, votre personnage se fige dans une pose en niveaux de gris et vous pouvez voir d’où est venue la balle fatale et l'endroit où elle vous a frappé ; utile pour voir qu’elle a été votre erreur fatale, mais aussi pour voir les positions de l'ennemi et empêcher les gens de camper inaperçus au même endroit.

Les matchs en soi sont assez courts, généralement autour de 15 minutes pour les matchs à objectifs, alternativement il y a un mode de jeu Exécution qui consiste à placer des bombes (ou tuer tous les joueurs de l’autre équipe) et qui se déroule en dix rounds. Pour nous, nous nous sommes contentés des matches à objectif, ils étaient rapides et se terminaient habituellement plus tôt que le délai imparti de toute façon (comme nous l'avons mentionné, les attaquants semblaient toujours être en mesure de s’en sortir mieux que les défenseurs), mais c’était très amusant quand même. Comme les matches sont courts et vous avez la possibilité de changer de personnage tout le temps, cela signifie que vous ne vous ennuyez jamais dans un match, vous êtes constamment en mouvement en essayant de déjouer l'ennemi avec vos choix de composition d’équipe.

Une chose qui ne nous a pas vraiment impressionnée, c’est  l'utilisation de cartes LOADOUT ; en substance une seule carte peut être attribuée à un personnage donné et détermine son équipement et ses capacités, ainsi que des boosts en fonction de la «qualité» de la carte, comme dans les TCG. Les cartes peuvent être gagnées après les matches ou en achetant des packs Booster pour obtenir une carte au hasard, ce qui, bien que ce soit une idée nouvelle limite une personnalisation plus détaillée que l’on observe habituellement dans d'autres MMOFPS. Alors que le système est simple, lisse et facile à utiliser, nous ne pensons pas qu'il ajoute nécessairement quelque chose au jeu.

Mis à part les loadouts, nous avons vraiment apprécié le jeu, il est certainement l'un des meilleurs MMOFPS auquel nous avons joué depuis belle lurette.  Heureusement Dirty Bomb a évité beaucoup de pièges typiques du genre, avec un beau jeu, et même s'il y a quelques petits moments décevants (comme ne pas interagir physiquement avec les objets, mais en agitant les mains autour d'eux avec un tournevis), dans l'ensemble le jeu est certainement un gagnant pour nous avec son accent sur la compétence et le travail d'équipe.

 

Dirty Bomb screenshots (24)Dirty Bomb screenshots (21)Dirty Bomb screenshots (19)Dirty Bomb screenshots (18)