Nous avons passé en revue Nords

7 Note totale
Gameplay: 5/10
Graphismes: 8/10
Performances: 9/10

graphismes époustouflants | personnages amusants |interface graphique intuitive

progression linéaire | gameplay fastidieux | mécanismes pay-to-win

Cette semaine, nous avons passé en revue le RPG de stratégie de Plarium Nords: Heroes of the North. Récemment publié, le jeu est disponible sur Facebook et via votre navigateur web et nous avons passé quelques heures à jouer à travers une partie du contenu. Ceux qui ont lu nos revues précédentes des jeux pour Plarium (Soldier Inc, Total Domination, Stormfall: Age Of War), verrons qu'il ya des similitudes; nous passons en revue tous les jeux sur leurs propres mérites mais il est important de mentionner que les jeux de Plarium sont très similaires en termes de mécanismes et de systèmes mais avec une autre thématique, d’autres skins / graphismes / scénario.

 

Nords screenshots 1 copiaNords screenshots 2 copiaNords screenshots 4 copiaNords screenshots 5 copia


Nords n’est pas très différent, enfin, pas tout à fait. Alors qu'auparavant nous avons eu l'impression que le format copier / coller des jeux était le fruit de la paresse des développeurs, avec Nords les développeurs ont fourni un gros effort et on pourrait dire que Nords est le jeu que les autres titres devraient copier.

En commençant le jeu, nous avons reçu une forteresse à gérer en incarnant un Lord Marchal chargé de construire une base, en construisant des bâtiments, en acquérant des ressources et en formant des unités. Mais avant tout vous aurez à choisir votre champion parmi trois factions qui se sont réunies pour lutter contre les morts-vivants qui déchirent le royaume. Votre champion peut être un Orc, un Elfe ou un Normand (Vikings) et vous donne un avatar féminin ou masculin. Parlons des graphismes ; ils sont fantastiques, et pas seulement par rapport aux autres jeux de Plarium qui étaient toujours un peu limites en termes de visuels, mais Nords est coloré, a un bon design et les graphismes suivent le même ton humoristique que le reste du jeu. Les détails de votre forteresse sont assez impressionnants, les petits coins et recoins, la tonne de détail, les personnages, l'interface utilisateur... Nordsrivalise avec certains jeux par navigateur AAA pour son apparence et on peut s’attendre à ce qu’il ait un grand succès, particulièrement sur Facebook .

Comme avec les autres jeux, Nords propose une progression de quête assez linéaire, le roi Björn et son barde Skald étant les PNJ principaux qui donnent des missions et guident les joueurs à travers l'interface utilisateur et le tutoriel, mais comme toujours "tutorial" continue pendant une grande partie du jeu. On est guidé d'une section à l'autre, on nous dit quoi former, quels «Pactes de sang » signer, ce qu'il faut construire, cela devient très ennuyeux, mais reste nécessaire pour collecter les récompenses des quêtes. Malheureusement, le résultat c’est que pendant les quelques heures que nous avons joué, nous avons été en pilotage automatique, en cliquant sur des boutons brillants comme on nous enjoignait de le faire sans réelle implication. La dépendance à l'égard des quêtes est assez contraignante et plutôt stupide.

En ce qui concerne les quêtes les PNJ sont une grâce salvatrice, mais leur présence est plus prédominante dans les premières parties du jeu, avec des personnages totalement doublés et un script en fait assez drôle ; au moins c’était intéressant d’écouter ce qu'ils avaient à dire pour une fois. Les développeurs ont mis des voix d'acteurs professionnels, dont Patrick Warburton qui a fait beaucoup de voix en son temps (notamment, il était la voix de Joe Swanson dans Family Guy), mais est également apparu comme un personnage clé dans Seinfeld, Men in Black II, Rules of Engagement et d'autres séries. Une fois de plus cela souligne la taille du budget que plus d'efforts ont été mis dans le jeu par rapport aux titres précédents… et cela se voit vraiment.

La construction de bâtiments et d'unités est toujours la même vieille rengaine, les joueurs sont tenus de signer des pactes de sang avec d'autres régions et ville deShingard, en réalité c’est juste un arbre de technologies et vous pouvez commercer avec d'autres joueurs. L'arbre des Pactes de sang lui-même était également assez linéaire, de longues chaînes de technologie sans écarts avec peu de personnalisation pour ce que vous pouvez construire / former ; bref, c’est pareil que dans les autres jeux, mais nous espérions un peu plus.

La formation des unités et leur envoi au combat a été amélioré avec quelques animations flashy où vous pouvez regarder la bataille contre les sbires de la Reine de Glace ou contre d'autres joueurs. C’est une grande amélioration, mais c’est toujours le même style de stratégie qui consiste à juste à construire une énorme armée composée de différentes unités, ce qui n’est pas particulièrement intéressant.

Le plus gros problème, combiné avec l'arbre de technologie linéaire et la similarité probable de la forteresse de chaque joueur en termes de ce qu'ils peuvent entraîner, est le marché noir qui est toujours une caractéristique principale où les joueurs peuvent dépenser de l'argent pour acheter des choses uniques pour leur donner un avantage déloyal. En particulier, les murs de défense des villes nécessitent de la monnaie premium pour être construits et c’est aussi le cas de beaucoup de bâtiments et d’unités les plus puissants. Le fait est que les Emeraudes (la monnaie premium) ne sont pas si faciles à trouver sauf si vous êtes l'un des joueurs de rang supérieur, donc les puissants restent puissants pendant que les autres joueurs doivent investir beaucoup d'argent dans le jeu pour être compétitifs... et les gens font. Ces jeux sont très populaires et s’en sortent très bien financièrement. Cela finit par devenir une bataille des portefeuilles pour ceux qui veulent rester dans la course et le jeu peut rebuter les joueurs plus occasionnels.

 

Nords screenshots 6 copiaNords screenshots 7 copiaNords screenshots 9 copiaNords screenshots 10 copia


Dans l'ensemble, le jeu a absolument dépassé les attentes par rapport aux titres précédents, il a amélioré grandement son apparence et à l’air beaucoup plus attrayant ; vous pouvez observer le niveau de détail et de soins dans la conception du jeu et il y a beaucoup d'éléments qui font briller le jeu. Malheureusement, tout ce qui brille n’est pas de l’or et, pour nous, sous la surface le jeu souffre toujours des mêmes mécanismes de gameplay fastidieux, d’une progression linéaire et d’une béquille financière douteuse de fin de jeu sur laquelle les joueurs ont besoin de compter pour garder de l'avance ; ça va pour un modèle économique où vous voulez gagner de l'argent, mais pour un jeu free-to-play c’est un peu limite De tous les jeux dans l'arsenal de Plarium, Nords: Heroes of the North est certainement celui à essayer, mais pour nous, il y avait un peu trop de grind pour nous donner envie de continuer à jouer.