Nous avons passé en revue Vindictus

6.5 Note totale
Gameplay: 7/10
Graphismes: 6/10
Performances: 7/10

Combat cinématique excitant | nombreuses classes au choix

Quelques lags et des problèmes de performance | Pas de modèles 3D pour les PNJ des quêtes

Récemment, nous avons jeté un œil au MMORPG gratuit steam punk fantasy Vindictus de Nexon, un mélange de fantasy, de magie et de machines dans lequel les joueurs peuvent choisir parmi un casting décent de héros et jouent le rôle du protagoniste dans leur propre saga. Nous avons passé quelques heures à jouer pour essayer d'obtenir une idée plus ferme de ce que nous avions devant nous et pour tester quelques-uns des différents mécanismes et aspects du jeu.

Nous n’avions jamais joué à Vindictus et nous savions seulement que le jeu offre des combats d’action, et comme tout jeu coréen il possède des éléments RPG asiatiques. La sélection du personnage est un peu étrange, il y a neuf personnages nommés que vous pouvez incarner dans le jeu, chacun avec ses propres compétences et capacités et ils représentent leur classe individuelle. Ce sont des personnages avec une histoire et une identité, mais plus tard dans le jeu vous pouvez les renommer et personnaliser leur apparence (même si les personnages sont verrouillés par genre).

Nous avons décidé d’essayer Kai l’archer masculin avec ses attaques à distance et son coup de pied dévastateur en mêlée avec un DPS correct même si la plupart du temps nous avons pu rester à distance des ennemis et les tuer avant qu’ils s’approchent. La personnalisation que nous avions était un peu limitée ; alors qu’il y a de nombreuses coupes et couleurs de cheveux, les curseurs pour le corps et le visage sont limités et même si nous pouvions examiner de nombreuses coupes de cheveux nous n’avons pu les acheter que plus tard dans le jeu mais pas au moment de la création du personnage. Toutefois, avant la création de personnage, nous avons dû passer par le tutorial de départ ... normalement ils sont ennuyeux ou un peu simplistes, ce fut la meilleure ouverture pour un MMORPG que nous ayons jamais joué.

 

2015_07_15_0030 copia2015_07_15_0035 copia2015_07_15_0038 copia2015_07_15_0000 copia


La scène s’ouvre sur une ville garnison, la caméra se dirige sur une énorme tarentule blanche escaladant un vieux clocher nous faisant sentir ridiculement minuscule par rapport à elle. Sans dévoiler trop de l'histoire, nous avons été chargés d'escorter un PNJ en haut de la tour pour faire face à l'araignée; avec les PNJ complètement doublés et animés et certains angles de caméra épiques nous mourions d’envie de poursuivre pour voir ce que donne ce style de combat cinématique à la « The Witcher ». A l'intérieur nous avons été attaqués par des gnolls et les contrôles simples et sans prétention nous ont permis de pourfendre les ennemis et le décor avec style, en faisant exploser des barrils et des murs derrière lesquels les adversaires essayaient de se cacher. En progressant à travers les niveaux nous sommes finalement arrivés jusqu’au monstre et même si le combat n’était pas difficile, pas particulièrement dangereux ou exigeant, il était particulièrement cool. Le combat s’est décomposé en différentes étapes, à la moitié la baliste a commencé à tirer une pluie de flèche sur l’araignée, ensuite la créature a commencé à grimper sur le reste de la tour et nous avons essayé de l’en faire tomber. C’était génial et cela donnait l’impression que les développeurs ont mis beaucoup d’efforts là dedans.

Malheureusement, tout cela s’arrête brutalement à mesure que vous entrez dans le jeu, les animations et les PNJ doublés disparaissent et le jeu se transforme rapidement en un RPG traditionnel. Les zones de quêtes avec de multiples PNJ consistent en des endroits instanciés où les personnages apparaissent sous forme d’image et parlent par l’intermédiaire de textes ; il y a beaucoup de lecture dans le jeu, ce qui peut devenir un peu fatigant à la longue. Finalement nous sommes arrivés à une quête qui nous a envoyé en dehors de la ville où nous pouvions rassembler un groupe pour compléter la quête mais aussi choisir la difficulté de celle-ci ; pour notre test nous avons tout fait en solo car le contenu de début de jeu n’était pas trop difficile.

Le combat est très amusant, très mobile, très cinématique en raison des angles de caméra et des énormes environnement où vous vous trouvez, même si, pour la durée de notre test, nous ne sommes pas sortis des ruines périlleuses ; à première vue le design des niveaux est extrêmement bien fait avec des embuscades, des pièges et même des énigmes qu’il faut résoudre pour passer à travers des pics. Prendre plusieurs adversaires à la fois était excitant, bien que les premiers mobs sont morts rapidement, dans un style de combat beat 'em up à la Dynasty Warrior qui nous permet de détruire des zones de l'environnement et de ramasser la plupart des objets pour les utiliser comme des armes de mêlée ou les lancer comme des projectiles.

Même si les graphismes ne sont pas les meilleurs que l’on ait pu voir, le niveau de détail est impressionnant, mais il y avait des petits bugs de temps en temps et le son sautait parfois avec des petits problèmes de performance à l'occasion ; mais rien de tout cela n’était suffisant pour nous faire sortir du jeu.

 

2015_07_15_0008 copia2015_07_15_0015 copia2015_07_15_0027 copia2015_07_15_0028 copia


La plus grande déception est que nous avons n’avons pas pu tester le JCJ, car Deathmatch était uniquement disponible au niveau 40 et au-dessus ; cela dit nous avons quand même pu faire la queue pour l’arène pour finalement nous rendre compte qu’il fallait vraiment être au niveau 40 pour pouvoir y accéder, nous pouvions cela dit assister en tant que spectateurs aux combats en cours dans l’arène. Le combat et le regroupement en instance sont des moments forts, mais tout ce qu’il y a entre sont plus faibles et donnent l’impression que les développeurs n’y ont pas mis beaucoup d’efforts et de budget, favorisant les portraits de NPC au lieu des modèles 3D sur les sites des quêtes. Cela dit, si l’objectif est de négliger certains éléments du jeu pour mettre plus de temps et d’efforts dans d’autres éléments alors ils l’ont bien fait en lésinant sur les quêtes au profit du combat.
Globalement, le jeu vaut la peine d’être essayé, il est amusant à jouer et on imagine qu’à mesure que vous montez de niveau il y a de plus grandes menaces à affronter et le jeu devient vraiment prenant.