Nous avons passé en revue Dream of Mirror Online

5 Note totale
Graphismes: 6/10
Effets Sonores: 2/10
Performances: 7/10

Graphismes anime intéressants | plusieurs classes jouables avec un seul personnage | systèmes sociaux approfondis

Graphismes vieillots | quêtes fastidieuses | effets sonores horribles

Récemment, le MMORPG free to play en 3D Dream of Mirror Online (DOMO) est entré en bêta ouverte, il a été relancé grâce à une fructueuse campagne de  Kickstarter après sa fermeture en 2012. Maintenant de retour une fois de plus les joueurs ont la chance de revisiter le royaume du Miroir et de faire équipe avec d’autres pour compléter les nouvelles quêtes et le contenu. Apparemment le titre allait revenir indépendamment, mais le crowdfunding a permis aux développeurs d’intégrer plus de contenu et de mises à jour dans le jeu donc il sera intéressant de voir comment il se développe.

Pour nous, ce furent nos premiers pas dans le jeu et la première chose qui ressort sont les graphismes de style anime, les personnages sont relativement bien fait et il y a une intéressante option "brillance" dans le menu Options qui rend tout très lumineux (particulièrement pratique pour cacher les bords dentelés des graphismes). Les personnages et les créatures semblent assez décents mais l'interface utilisateur est absolument horrible. Avec des cadres de fenêtres mal conçus et une fenêtre de chat qui ressemble à Microsoft DOS, l’apparence générale est de style fin des années 80 / début des années 90. Un style qui n’aide pas à soutenir un jeu bon par ailleurs. Les sons, cependant, sont une tout autre affaire. Alors qu'il y a de la musique (généralement la même piste répétée encore et encore) et certaines actions ont des effets sonores comme pour attaquer des monstres ou piller des items, il y a sinon une absence totale de bruit, pas de bruits de pas, pas de musique d'ambiance, c’est extrêmement basic et très décevant.

Nous avons choisi la race Sylphe, des utilisateurs de magie selon l’histoire.  La vérité c’est qu’autre qu'un look légèrement différent, un style différent de mouvement et certaines quêtes scénarisées parfois différentes, toutes les races se jouent de la même façon et ne sont pas liées à une classe ou une profession. Comme dans Final Fantasy XI, les joueurs commencent comme un roturier et, une fois le niveau 10 atteint, ils peuvent prendre une quête afin de choisir une profession qui va ensuite déterminer leur classe et leurs compétences disponibles. Il y a un peu de diversité et quelque chose pour tout le monde.

Il ya très peu en matière de tutoriel initial et c’est seulement après avoir remarqué le menu d’aide que nous avons pu savoir ce que nous pouvions ou ne pouvions pas faire. La plupart du contenu est axée sur les quêtes, qui se prennent auprès des PNJ et consistent à aller dans une zone puis revenir une fois la quête complétée, c’est un MMORPG de parc à thème traditionnel. Le problème pour nous c’est que le monde est extrêmement grand et il n’est pas évidents de localiser les lieux de quêtes parfois, en particulier dans certains des endroits les plus fréquentés, alors les compléter dans l’ordre s’est avéré difficile. Il y a une option auto-déplacement pour chaque quête, mais cela ne vous donne toujours pas une idée d'où vous partez et parfois peut vous emmener très loin.

Le quêtes, malheureusement, sont aussi l'un des aspects les plus faibles ; le jeu a environ 15 ans de retard dans la mesure du succès commercial des MMORPG (au moins sur le marché occidental, le marché asiatique semble aimer à peu près tout) ; la norme «Aller à <X> et collecter <Y> quantité de <Z> » est répétée trop souvent et étant donné que les mécanismes de l'IA sont relativement basiques, c’est du grind pur et simple. Le combat est relativement terne, mais les choses deviennent un peu plus intéressantes quand les professions deviennent disponibles, mais les contrôles maladroits font de la navigation sur la carte une corvée parfois.

Un des éléments les plus forts du jeu sont les guildes, contrairement à beaucoup de MMORPG le système de guilde est plus que juste une liste de joueurs qui peuvent converser ; les joueurs sont capables de monter de niveau la guilde comme un tout, déverrouiller un bâtiment de guilde, acquérir des compétences de guilde et plus. Le détail de certains des systèmes, y compris la fonction de mariage donne définitivement un regard positif sur le jeu et, tandis que le style général des quêtes est un peu obsolète, quelques-unes des autres fonctionnalités sont beaucoup plus immersives.

 

Dream of Mirror Online screenshot 4 copia Dream of Mirror Online screenshot 3 copia_1 Dream of Mirror Online screenshot 2 copia_1 Dream of Mirror Online screenshot 1 copia_1


Globalement, le jeu n’est pas suffisamment moderne et pas suffisamment différent pour se démarquer dans le genre du MMORPG. Le jeu a fermé quelques années avant sans doute parce qu'il ne rapportait pas assez d'argent, et essayer de le relancer avec les mêmes systèmes, graphismes et IP n’est pas forcément une bonne idée... Le marché du MMORPG a-t-il vraiment tellement changé qu'un jeu lancé en 2005 va être un succès aujourd’hui ? Le temps nous le dira !