Premières impressions de Faeria

EA Note totale

Super graphismes, des centaines de cartes, très stratégique et original

Pour être compétitif, il est conseillé de dépenser de l'argent

La semaine dernière, nous avons essayé l'accès anticipé du nouveau jeu de stratégie gratuit d'Abrakam, Faeria, qui combine de fort bonne manière les genres jeux de cartes à collectionner et jeux de stratégie de plateau. Avec une section graphique captivante et des éléments fantastiques dans des environnements étonnants, c'est un titre avec une esthétique très intéressante, que nous étions impatients d'essayer.

Dans les grandes lignes, c'est un JCC (jeu de cartes à collectionner), ce qui se voit dès les premiers instants du tutoriel, où l'on apprend les bases, et où après avoir complété quelques quêtes on obtient les premières cartes. Le concept de base est de créer un jeu et de l'utiliser, tirer des cartes au hasard à chaque tour et utiliser le "faeria" (ressource similaire à l'énergie ou au mana dans les jeux de ce type) pour placer des unités sur la carte et réduire les points de vie de l'adversaire à zéro. Chaque jeu doit avoir des créatures (qui ont une valeur d'attaque, de dégâts et habituellement certaines caractéristiques, telles que "taunt" ou "charge"), des cartes d'événements qui affectent les créatures, le plateau ou les joueurs eux-mêmes (ce sont les cartes de sorts) et des artefacts, qui sont des cartes qui acquièrent une position fixe sur la carte et génèrent divers bonus. Mais Faeria, en plus de tout cela, possède quelque chose de très spécial : le plateau de jeu.

Les créatures, lorsqu'elle sont mises en jeu, sont placées dans des cases hexagonales sur le plateau. Elles sont représentées par une figurine et peuvent se déplacer sur les différentes cases, attaquer d'autres créatures et se faire un chemin jusqu'au joueur ennemi. Ceci, bien que tout à fait original, est quelque chose que nous avons vu dans d'autres jeux, comme Pox Nora ou jeu de cartes de World of Tanks, World of Tanks Generals, mais il y a quelque chose qui distingue Faeria des autres jeux du genre : la formation du plateau de jeu en soi.

 

Faeria screenshots (4) copiaFaeria screenshots (6) copia


Quand la partie commence le plateau est un océan vide divisé en cases hexagonales sur lesquelles les joueurs doivent construire les terres sur lesquelles les unités se déplaceront (à moins que les joueurs disposent d'unités aquatiques qui peuvent se déplacer dans l'eau). A chaque tour, les joueurs peuvent occuper une case en plaçant une portion spéciale de terres (forêt, lac, désert, montagne) ou deux portions de terre normale (plaines). En outre, sur le plateau on peut trouver des puits de Faeria dans lesquels les joueurs, à travers leurs créatures, peuvent collecter de l'énergie supplémentaire à chaque tour. Les types de terres sont liées directement aux cartes parce que, selon le type de jeu qu'il a en main, le joueur disposera de certaines créatures et pas d'autres.

Les cartes se divisent en quatre types de terres et un cinquième type, neutre. Toutes les cartes ont un certain nombre de pré-requis concernant le type particulier de terres en jeu, et les joueurs doivent avoir placé ces portions de terre déterminées avant de pouvoir jouer les cartes correspondantes. Par exemple, si nous avons en main une créature qui a besoin de deux montagnes, le joueur doit placer deux montagnes avant de pouvoir mettre cette créature sur le plateau. Mais aussi, ces créatures ne peuvent être placées que dans ces portions spécifiques de terre, donc un élément stratégique supplémentaire est ajouté : si la case est occupée, la créature ne pourra pas être jouée.

Les mécanismes de base ne sont pas difficiles à comprendre, le jeu est très intuitif, mais l'énorme composante stratégique de Faeria en fait un titre complexe quand on se plonge dedans et qu'on veut être compétitif. Parfois, on dirait que le jeu est une partie d'échecs plutôt qu'un JCC. On pourrait penser que l'idée de combiner deux genres pourrait être sembler peu attractive, mais Faeria a réussi à mélanger deux types de jeu différents en un seul, et le résultat est exceptionnel.

 

Faeria screenshots (10) copia Faeria screenshots (11) copia


Les trois modes de jeu couvrent pratiquement tous les besoins des joueurs. D'une part, nous avons le mode «bataille», la façon classique d'affronter d'autres joueurs, que ce soit en mode compétitif ou pas, mais aussi un mode individuel, où le joueur progresse à travers des quêtes dans une campagne où il peut obtenir des cartes et apprendre de nombreuses astuces et stratégies. La chose la plus intéressante de ce mode est qu'il prend ses distances avec les règles de base et offre des modifications spéciales sur la carte, ce qui le rend incroyablement amusant. Dans le mode individuel, il y a aussi des puzzles avec lesquels on peut apprendre des stratégies et des combinaisons spéciales de créatures. En substance, le mode individuel est parfait pour apprendre à jouer, puis sauter dans le JCJ. Et enfin, nous avons le mode "Pandora", un mode qui nous permet de former un jeu au hasard en trente tours avec lequel nous devrons faire face à différentes parties. Dans le mode Pandora, il y a deux variations. Dans la première, les joueurs peuvent accéder au mode standard en utilisant des pièces pandora, qui peuvent s'acheter avec 250 pièces d'or du jeu ou de l'argent réel, et essayer d'atteindre douze victoires avant de perdre trois fois pour obtenir de grandes récompenses. Dans la deuxième variante, les joueurs peuvent accéder au mode "fantôme" en utilisant des pièces fantôme. Ce type de pièce s'obtient à raison de une par jour, et dans ce mode il s'agit d'essayer d'atteindre six victoires avant de perdre deux fois. En tant que récompense on obtient de l'or.

Les différents modes de jeu sont brillamment conçus et permettent aux joueurs de profiter de tout sans la nécessité d'investir de l'argent réel. Nous ne pouvons pas vraiment dire du mal de Faeria à cet égard.

L'outil de création de jeu est très intuitif et offre un système d'aide pour sélectionner les cartes et préparer les jeux pour la compétition. Le jeu commence à avoir une communauté croissante pour l'e-sport, et offre un tournoi mensuel officiel dans lequel les huit meilleurs joueurs s'affrontent. Le jeu possède aussi un créateur de cartes. En recyclant des cartes inutiles on peut créer de nouvelles cartes et focaliser son jeu sur son style de jeu préféré.

 

Faeria screenshots (14) copia Faeria screenshots (16) copia


La seule chose que nous pouvons évoquer avec un certain scepticisme est la possibilité de dépenser 50 $ / £ 40 dans la boutique du jeu pour acheter le pack "ultimate competitor", qui offre aux joueurs toutes les cartes de base. D'une part, ce pack permet aux développeurs de continuer à travailler sur le jeu, mais réduit la compétitivité à l'obligation d'acheter ce pack si vous voulez vraiment rivaliser et être à la hauteur des meilleurs joueurs.