Nous avons passé en revue ArcheAge

8 Note totale
Gameplay: 8/10
Graphismes: 8/10
Effet Sonores: 8/10

Bons graphismes | Options de personnalisation uniques | Contenu de haut niveau épique

Le gameplay est un peu trop similaire à de nombreux MMORPG

Le week-end passé, nous avons pris le temps de passer en revue ArcheAge, le nouveau MMORPG fantasy coréen publié par Trion Worlds pour un public européen / nord-américain. Au cas où vous ne le savez pas, le jeu est actuellement en bêta fermée et sera entièrement free to play sans abonnement.

 

ArcheAge - Review - Image
ArcheAge est un MMO sandbox dans un monde ouvert qui permet aux joueurs d'élever et de former leurs montures, de créer des armures de haut niveau, de construire leurs propres maisons et fermes, de parcourir le monde par la route, la mer ou les airs et de combattre en JCJ contre d'autres joueurs pour conquérir des territoires.

Les joueurs sont confrontés à quatre factions / races différentes qu'ils peuvent choisir; les Nuin, des humains qui sont dévoués de la déesse Nui de l'au-delà, les Elfes secrets et isolés qui partagent le continent avec les Nuin mais habitent dans les forêts. Sur le continent Est, la race féline nomade des Firran peuple les contrées sauvages et rêve de récupérer son ancienne gloire,  et les Harani qui sont de véritables survivants vivant dans les jungles de Mahdevi et possèdent une résistance et une auto-préservation inégalées.

 

ArcheAge screenshot (22) copiaArcheAge screenshot (33) copiaArcheAge screenshot (34) copiaArcheAge screenshot (37) copia


Pour notre part, nous avons décidé d'essayer les Firran. Au moment de la personnalisation des personnages nous avons pu utiliser quelques options pour personnaliser le visage / tête de notre personnage, ce qui était un peu limitatif par rapport à d’autres MMORPG. Cela dit, ce qu'ils nous permettent de faire de notre apparence est incroyable, choisir nos cheveux et la couleur des yeux était plus que quelques différentes couleurs sélectionnées et à la place nous avons été en mesure de choisir parmi un large spectre avec un compte-gouttes, mais plus excitants encore sont les défauts / cicatrices que nous avons pu mettre sur le visage de notre personnage. Avec un large choix de cicatrices croisées, de longues coupures, de points et plus nous étions non seulement en mesure de choisir le style de la cicatrice, mais aussi la situer sur notre visage avec une extrême précision, la redimensionner pour qu'elle soit grande ou petite, et également changer son angle de sorte que la même cicatrice droite pouvait être située sur  la bouche des personnages, ou en diagonale le long de leur joue ou à travers l'œil donnant un niveau incroyable de détail.

Une fois affublé notre Firran d’une coupe afro rose, nous avons choisi de jouer la classe occultiste dans l'espoir de convoquer une apparition, comme le signalait la description de la classe, mais ce n'est malheureusement possible qu’à un niveau de compétence plus avancé à notre grande déception. Une des choses intéressantes avec le jeu est que les joueurs choisissent leur classe de départ et sont alors en mesure de s'ouvrir à d'autres ensembles de compétences, 10 au choix au total allant de compétences d’assassin typique, défensives ou de guérison, à d'autres plus uniques tels que musique et sorcellerie. Ces combinaisons d’ensemble de compétences mix-and-match permettent aux joueurs de créer leurs propres classes uniques, qu’ils peuvent personnaliser plus avant en ajoutant des points de compétences dans des compétences particulières pour les améliorer et finalement essayer quelque chose de différent.

En pénétrant dans le jeu, nous avons été accueillis par une cinématique assez longue avec des visuels illustrés et un récit pour planter le décor et donner aux joueurs une idée de la race qu'ils avaient choisie, ce qui était bien fait, intéressant et vraiment a aidé à donner le ton. Le jeu lui-même est un MMORPG moderne très typique, avec d'énormes points d'exclamation jaune au-dessus de la tête des PNJ qui signifient qu'ils ont une quête et des points de cheminement sur la mini carte ou les multiples marqueurs de quête qui flottent autour des personnages pour vous donner une idée de l'endroit où se trouvent les prochaines quêtes actives.

 

ArcheAge screenshot (38) copiaArcheAge screenshot (39) copiaArcheAge screenshot (40) copiaArcheAge screenshot (41) copia


Le combat était assez simple et rien de particulièrement en dehors de la norme à laquelle nous sommes habitués dans d'autres MMORPG. L'interface utilisateur a bien fonctionné et a été discrète pour donner autant d’espace de jeu que possible. Elle comprenait une mini-carte constante transparent au dessus de la tête et une fiche de personnage qui lorsqu'elle était activée ouvrait votre fenêtre principale de statistiques dans le coin supérieur gauche et votre armure équipée et matériels sous forme d'icônes flottantes autour de votre personnage afin que les joueurs puissent switcher rapidement entre leurs équipements sans avoir à quitter la bataille des yeux et en se déplaçant encore dans le jeu, par opposition aux fenêtres qui obstruent la vision comme c’est souvent le cas dans les MMORPG.

Avec ce premier aperçu dans la zone de départ, on peut dire que le jeu est assez solide et offre beaucoup de potentiel, d'autant plus dans les fonctionnalités et les promesses que les développeurs font pour le contenu avancé du jeu, comme d'immenses batailles JCJ à grande échelle, des combats navals et des maisons et fermes personnalisées que les joueurs seront en mesure de construire. De ce que nous avons vu dans le jeu, nous pouvons imaginer qu’ArcheAge sera un succès complet auprès des joueurs.





 

One Comment - "Nous avons passé en revue ArcheAge"

  1. zad 13/10/2014 at 17:07 -

    En tant que MMO gratuit, je ne le trouve pas si bon, et c’est bien là qu’est ma seule déception.

    Toute la profondeur du titre réside dans un lot de fonctionnalités accessibles uniquement sur abonnement. En tant qu’utilisateur gratuit, on n’a le droit qu’à une expérience hyper classique et particulièrement chiante.

    Je l’attendais tellement pourtant !