Nous avons passé en revue Piercing Blow

4.5 Note totale
Gameplay: 4/10
Graphismes: 4/10
Performances: 6/10

Nombreuses cartes | mécanismes rétro

Bots | mauvais graphismes | mécanismes de jeu obsolètes | Installation impromptue de HackShield

Cette semaine, nous avons joué à Piercing Blow, un MMOFPS gratuit publié par Zepetto avec un style rétro / classique qui inclut des fonctionnalités traditionnelles, des éléments de personnalisation et de nombreuses cartes et modes de jeu. Nous avons passé quelques heures pour nous faire une idée un peu plus approfondie et essayer quelques-unes des fonctionnalités plus en détail.

Eh bien, nous avons connu un mauvais départ parce que dès que nous avons démarré le jeu est apparu un popup de HackShield nous informant que HackShield avait été installé sur notre ordinateur et cela forcément sans notre consentement. HackShield est un logiciel quasiment inutile que l’on trouve dans de nombreux MMO asiatiques qui surveille les joueurs avec des logiciels espions pour essayer de les empêcher d’utiliser des hacks… seulement les jeux avec HackShield habituellement ont une tonne absolue de hackers et de bots. En plus, il est assez difficile à désinstaller, sans options de désinstallation dans le programme lui-même, rien dans le Panneau de configuration, il est en fait enterré profondément dans les fichiers système.

 

Piercing Blow screenshots 1 copiaPiercing Blow screenshots 2 copiaPiercing Blow screenshots 3 copiaPiercing Blow screenshots 4 copia_1


Une fois que nous étions dans le jeu, il est juste de dire que le jeu a l’air à peu près aussi actuel que Counter Strike, et nous parlons du Counter Strike d'origine sorti en 1999, donc de mauvais graphismes, des textures basses. Généralement, c’est le genre de qualité à laquelle on est habitué dans les MMOFPS asiatiques, donc au moins on n’a pas été surpris. Alors que de nombreux développeurs essaient de faire croire à un effet rétro que les joueurs apprécient dans ce genre de jeux, mais il nous semble plutôt que comme les matériaux sources sont si facilement accessibles et les exigences de performances sont si basses, les studios développent ces parce qu'ils sont simples à réaliser et pas du tout pour rendre hommage aux jours de gloire des MMOFPS.

Une fois dans le jeu nous avons couru à travers le tutoriel qui vous donne les bases du déplacement, du tir avec votre arme et de l’interaction avec l'environnement ; si vous avez joué à un MMOFPS dans les 15 dernières années, alors tout cela vous paraitra très basique et honnêtement il n’y a pas besoin d’un tutoriel. Nous nous sommes rendus dans le hall public où il y avait une longue liste de matchs actifs qui montrait combien de joueurs il y avait dans chaque match et les modes de jeu en cours. Le jeu dispose de cinq modes de disponibles, dont quatre sont à peu près les plus classiques dans les MMOFPS : Team Deathmatch, Deathmatch, Bomb Plant (une équipe doit poser une bombe pendant que l’autre tente de la désamorcer) et Search & Destroy (deux équipes tentent d'atteindre une cible tout en protégeant leur propre générateur). Les modes solo et Team Deathmatch étaient les modes les plus populaires, généralement remplis de joueurs, nous ne pouvions pas rester assis dans le hall pendant plus de 30 secondes sans avoir un flux d'invitations pour se joindre à des matches.

Le seul mode inconnu était le mode « Escape », et nous avons fini par accueillir notre propre match en un contre un avec un autre joueur... ce ne fut pas une bonne idée. Dans Escape une «équipe» (ou dans ce cas un joueur) commence en incarnant un humain qui essaie d’atteindre l'autre côté de la carte tandis que l'autre "équipe" est composée de dinosaures qui tentent d’empêcher l’humain d’atteindre son but. Dans le cas présent nous étions le dinosaure, qui ne pouvait utiliser que des attaques de mêlée, dans une immense carte ouverte contre quelqu'un avec une arme à distance... cinq morts plus tard nous avons fini par abandonner en raison de l'inutilité de tout cela. Ce mode de jeu pourrait être assez rapide et amusant, d'autant plus si les humains étaient dépassés en nombre, mais personne ne semble vouloir y jouer.

Les combats sont à peu près comme on peut s'y attendre, intenses et de courte durée ; l'un des grands problèmes a été pour nous qu'il n'y a pas de matchmaking du tout, donc nous avons été regroupés avec des joueurs de haut niveau, ce qui en soi n’est pas un très grand problème, mais leur équipement si. A mesure que les joueurs montent de niveau ils ont accès à de nouveaux items, qu'ils peuvent équiper qui leur donnent des boosts de statistiques et de défense, des choses telles que « défense contre les head shots »… Ce qui signifie que plus vous montez de niveau, plus vous obtenez du meilleur équipement et pourtant vous jouez toujours contre des joueurs qui viennent de pénétrer dans le jeu pour la première fois. Vous devez soit être patient ou être disposé à mettre de l’argent pour obtenir du bon équipement rapidement.

Pour la plupart, le combat n’était pas trop mal et était relativement amusant, le seul point aigre était l'utilisation surabondante des aimbots ; certes, nous ne sommes pas les meilleurs et certains joueurs sont assez incroyables dans ces jeux, l'un des signes les plus évidents de l’utilisation de ces bots était un gars dans notre propre équipe. Pendant une partie en mode Posage de Bombe, alors que nous jouions l’équipe chargée de défendre son site, tous les membres de notre équipe ont été tués moins cette personne et il restait un seul joueur dans l'équipe adverse essayant de poser une bombe. Tout le monde était en mode spectateur observant de l'action et par action nous voulons dire notre défenseur faisant des allers-retours entre deux points aléatoires, parfois tirant une seule balle dans la direction approximative de l'ennemi (même si il y avait des murs entre eux), rechargeant, changeant d'arme,  tirant, se déplaçant... et cela en boucle en attendant sans doute que quelque chose arrive, dans ce cas, qu’une bombe soit posée. Le « joueur » a couru jusqu’au point, s’est approché de la bombe, a tiré sur le mur et sur des boîtes pendant un petit moment sans raison, s’est tenu alentour pendant 10 secondes alors que le compte à rebours de la bombe était amorcé et alors seulement il a commencé à la désamorcer quand il ne restait que quelques secondes... et puis grand boom. Bon boulot HackShield !

Ce qui sauve le jeu c’est le grand nombre de cartes disponibles ; 47 au total, ce qui permet une variété et évite une perte d’intérêt trop rapide vu le nombre limité de modes de jeu. Cependant, la plupart des modes sont seulement disponibles sur certaines cartes, et comme certains modes sont assez impopulaires vous êtes finalement limités quant au nombre de cartes. Dans l'ensemble ça n'a pas été la pire expérience que nous ayons jamais eue et le jeu est un MMOFPS asiatiques assez générique, qui nous a donné exactement ce que nous attendions (mais pas ce que nous aurions aimé). Pour un MMOFPS « rétro », il tient ses promesses, mais si on le met dans la catégorie MMOPS F2P alors il flotte quelque part dans le fond avec les autres jeux vus et revus.

 

Piercing Blow screenshots 5 copiaPiercing Blow screenshots 6 copia_1Piercing Blow screenshots 7 copia


 





 

One Comment - "Nous avons passé en revue Piercing Blow"

  1. spyrefox 31/05/2015 at 10:20 -

    En même temps c’est pas comme si le jeu était nouveau >.< Ils ont juste changé le nom de leur jeu ( auparavant : projet blackout ) ils ont juste changé de nom pour attiré du publique ce qui fonctionne mais qui je pense ne relancera pas le jeu pour autant . J'y avais jouer quand il s’appelait encore Projet Blackout (temps de jeu d'environ 6 mois ) et puis il était subitement devenu Pay To Win ( et comme vous l'avez dit : bcp de cheat ) Bref , rien de nouveau ( mis a part 2 map au changement de nom du jeu 😉 ) Bref , si vous n'y avez pas jouer sachant qu'il a un peu plus de 5 ans , passés votre chemin , par contre ceux qui ont un pc plutôt mauvais allez y vous verrez bien 😉